“Trailing-spouses” d’antan

Lors du dernier événement du JAA Club à la Villa Vauban, dédié aux femmes remarquables, j’ai partagé l’histoire de ma grande mère, une italienne qui a émigrée en Argentine dans les années cinquante.

C’est avec plaisir que je vous présente ma grand-mère (en italien la “Nonna”) qui a été sans aucun doute un modèle et une force d’inspiration pour moi .

Styliste de profession, elle est arrivée d’Italie en Argentine avec  son mari et 3 adolescents : ma mère de 17 ans, ma tante de 15 ans et mon oncle de 12 ans. Mon grand-père avait beaucoup de projets en Amérique du Sud mais malheureusement un matin son cœur a décidé de s’arrêter. Lui avait 51 ans et elle 50.

La Nonna, un bon matin, s’est donc retrouvée seule dans un pays presque inconnu. Mais,  sans hésiter,  elle a repris le magasin de son mari.

Elle vivait à 700 km de chez moi, à Cordoba et nous habitons à Buenos Aires ; chaque vendredi, je m’en rappelle encore, elle fermait le magasin et elle voyageait toute la nuit en bus pour arriver le samedi matin a Buenos Aires et passer le weekend avec nous. Le dimanche soir, elle reprenait le bus; Elle arrivait le lundi matin et ouvrait à nouveau son magasin.

Elle s’est adaptée à une nouvelle culture mais elle a toujours gardé des liens forts avec son pays d’origine.

Je me rappelle encore que l’Italie était pour elle un exemple pour beaucoup de choses. Mais lorsqu’elle était en Italie, c’est l’Argentine qui devenait l’exemple à suivre…
Sa profession de styliste, elle l’a continuée avec ses enfants et petits-enfants. Il n’y avait pas un modèle – du magazine « Burda » ou tout autre – qu’elle n’était pas en mesure de nous faire. Et avec douze petites-filles, on peut dire qu’elle s’est bien amusée. Pour nous, c’était la classe !

La journée, elle travaillait donc dans son magasin et le soir pour ses enfants et petits-enfants.

Jamais je l’ai entendue dire : « Je suis fatiguée » .

Elle était une wonder-woman : elle était toujours disponible pour ses enfants et petits-enfants. Elle a été un exemple remarquable pour nous tous. Une femme forte et très sensible à la fois. Toujours positive, elle nous faisait aussi beaucoup rire.

Elle avait une maison à la montagne, à Cordoba. L’été, elle y partait généralement en vacances. En réalité, elle ne l’était pas vraiment : elle s’occupait de ses douze petits-enfants pendant deux mois. C’était donc plutôt nos vacances !
De cette époque, je conserve mes plus beaux souvenirs : la nourriture, les balades, les histoires, les chansons…

Une vie entre deux pays et deux familles

Quand elle a décidé de fermer le magasin et prendre sa retraite, nous étions plus grands. Elle avait davantage de temps pour elle. Elle a donc décidé de passer six mois en Europe, proche de sa sœur et 6 mois en Argentine, avec sa famille.
Le rêve de tout le monde !

Je crois qu’elle n’jamais vécu  le fait que nous grandissions comme un vide, mais plutôt comme une opportunité de passer à autre chose.

Pour terminer ce témoignage, je souhaiterais partager avec vous une image qu’elle reprenait souvent pour expliquer la vie :

« La vie c’est comme une rose, une très jolie fleur, mais pour arriver à la partie la plus jolie, il faut passer par la tige, avec ses épines, mais cette tige nous amènera toujours à une jolie rose. »

Ce qui est fou, c’est qu’elle s’appelait Rosa aussi, ma Nonna !

J’espère que ce petit témoignage vous inspirera d’une manière ou d’une autre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply

---

Continue Reading

---

subscribe to our Newsletter

Do not hesitate to subscribe to our newsletter by filling in the form below.