Le Cafetin de Buenos Aires : l’Argentine s’invite au Luxembourg

Dans cette rubrique “portrait d’expat”, nous souhaitons présenter des expatriés qui ont su s’intégrer au Luxembourg en mettant en avant leurs talents. Aujourd’hui, nous vous présentons Stella Sonez, la propriétaire du restaurant Argentin, Cafetin de Buenos Aires au parcours hors du commun, qui depuis 2010 partage sa gastronomie argentine avec les résidents du Luxembourg.

Depuis combien de temps êtes-vous au Luxembourg ?

Je suis arrivée en 1997, il y a déjà 21 ans, je suis partie d’Argentine en croyant prendre 6 mois sabbatiques et finalement je ne suis jamais rentrée.

Quelle raison vous a amenée au Luxembourg ?

Plusieurs circonstances m’ont amenée au Luxembourg : le déclin de mon pays, le manque de perspective, l’envie de voyager et de connaître quelque chose de nouveau.

Qu’avez-vous fait pour vous intégrer et quelle est votre activité ?

J’ai commencé par étudier la langue (motif de ma venue) et j’ai eu rapidement des opportunités de travail qui m’ont permis de rester. Initialement, j’avais des emplois en freelance, mais pour pouvoir rester de manière durable, j’avais besoin d’un contrat à durée indéterminée. J’ai donc commencé par travailler dans un restaurant, et peu de temps après je suis devenue gérante. Je le suis restée pendant 12 années et finalement j’ai osé ouvrir mon propre restaurant.
J’ai conçu le Cafetin comme un lieu authentique où l’on retrouve non seulement la nourriture, mais aussi l’esprit argentin.
En regardant les murs du restaurant, vous trouverez des photos d’Argentine ainsi que des images de migration comme celles d’une famille luxembourgeoise qui a émigré en Argentine.
La carte de vins sélectionne les meilleures caves du pays.
Je profite d’ailleurs de l’occasion pour vous inviter à participer à notre prochaine dégustation annuelle de vins argentins.

Je suis très engagée dans divers projets pour promouvoir la culture argentine au Luxembourg. Le Cafetin est un lieu ouvert à l’art et la culture.  Je donne l’espace pour organiser des expositions d’art d’artistes Argentins. J’ai soutenu des projets de musique, d’artistes qui se présentent en ville… J’offre également mon soutien tous les ans à l’équipe du stand argentin du Bazar International de Luxembourg.

Tout le monde est le bienvenu chez  Cafetin de Buenos Aires .

Pouvez-vous me donner trois adjectifs qui décrivent pour vous la vie au Luxembourg ?

Le plus important pour moi c’est qu’il n’y a pas d’effroi : nous pouvons faire des projets. Le Luxembourg est stable et cosmopolite.

Quels aspects du Luxembourg vous manqueraient si vous deviez quitter le pays demain ?

La tranquillité, la sécurité et la propreté.

Quel est votre quartier préféré au Luxembourg ?

Le centre-ville.

Un conseil à donner à un futur Argentin qui va s’installer au Luxembourg ?

Donnez le meilleur de vous-même et vous récolterez les fruits de vos efforts.

Pouvez-vous me dire un mot argentin qu’il est impossible de traduire dans une autre langue ?

Après autant d’années, c’est difficile à imaginer car une traduction a sûrement été trouvée depuis : il s’agit de « yeta ». C’est un mot qui fait référence à quelque chose ou quelqu’un qui porte malheur. Le mot appartient au « lunfardo », l’argot argentin très utilisé dans le monde du tango.

 Photo credit: Gretel Sardinäs Diaz

Leave a Reply

---

Continue Reading

---

subscribe to our Newsletter

Do not hesitate to subscribe to our newsletter by filling in the form below.